volonté

La volonté désigne le plus souvent, la faculté d’exercer un libre choix gouverné par la raison, autrement dit la faculté qu’a la raison de déterminer une action d’après des « normes » ou des principes (par exemple, moraux). En cela, elle s’oppose à la spontanéité du désir, ou aux « instincts naturels », dont la réalisation ne fait appel à aucune délibération. La volonté est ainsi l’expression de la liberté de l’arbitre chez un sujet, par exemple entre ses désirs actuels et ses souhaits futurs. Le mot désigne aussi la manifestation de sa capacité de choisir par lui-même sans coercition particulière. Pour de nombreux philosophes, comme Kant et Descartes, la volonté est une faculté proprement humaine, puisqu’elle transcende les tendances naturelles de l’homme et lui permet de se gouverner librement, à l’encontre de (ou par-delà) ces tendances. D’autres conceptions philosophiques, comme celle des Épicuriens, définissent la volonté elle-même (ainsi d’ailleurs que la raison) comme faculté naturelle visant à réguler le comportement, et à ce titre applicable aussi aux animaux, contrairement à l’entendement. Le concept de volonté est lié à la conception que l’on se fait de la raison. De cette conception dépendent aussi les notions de liberté et de responsabilité, qui posent les fondements de la morale et du droit. Les questions relatives à la notion de volonté se rapportent donc à l’éthique (ou philosophie morale), en particulier à la théorie de l’action, mais aussi à la philosophie du droit.

Laisser un commentaire